Discovered: Tirer Son Épinglé

Mis à jour : 30 oct. 2019



En prévision de la sortie du Vulture, Drake Interplanetary s'est coordonné avec Discovered pour fournir à de nombreux récupérateurs d'expérience les premiers modèles pour les essayer sur le terrain. Choisi parmis une centaine de candidats, l'archéologue Lorenzo Chernov a proposé l'exploration d'un champ de débris perdu qu'elle avait découvert dans le système Idris.


Voici des extraits de son journal de bord.


DÉBUT DES ENREGISTREMENTS :

2948.02.17_05:48 SET


Ok, c'est parti. Premier jour d'exploration. Je me demande comment je devrais appeler cet endroit. Si c'était une expédition officielle de la société archéologique de l'UEE, ce serait probablement quelque chose de générique comme : “Champ de débris 8514J-Système Idris”. Au moins, j'ai trouvé un nom pour ce nouveau vaisseau de récupération. Je pense qu’ils l'appelleront officiellement le Vulture, mais celui-ci, pour moi, c’est Amaira. J’ai apprécié pousser une beuglante aux gars de Drake pour qu’ils me laissent l’essayer. Bien sûr, ils avaient un paquet de modalités imposées, dont le fait que j’enregistre ce journal audio pour suivre mes aventures et ce qui me plaît dans le vaisseau, ce qui pourrait être amélioré, etc.


De plus, si ce champ de débris est vraiment davantage qu’un tas de ferraille récente comme je le pense, ils auront aussi le crédit d’avoir permis cette mission. Je n’aurais vraiment pas pu faire cette opération sans l’aide d’Amaira. Pas moyen pour moi de couvrir l’expédition avec un Reclaimer, encore moins le coût d’un équipier.


J’ai fini un tour des scans génériques hier, pour savoir clairement où toutes les pièces ont été trouvées. En les analysant la semaine dernière, j’ai remarqué quelques plus grands détritus proches du centre. Ils ressemblent à des parties de fuselage, peut-être même un cockpit. Ils pourraient être ma meilleure chance de déterminer dans quoi étaient impliqués les vaisseaux plus important, de quelle époque datent ces épaves. Les débris sont vraiment denses autour de ces morceaux, donc une sortie du véhicule jusqu’à eux pourrait être problématique. La dernière chose dont j’ai envie serait de briser l’équilibre de ces matériaux et créer une cascade de collisions. Comme disait le Professeur Haley “mieux vaut prendre son temps que ruiner la trouvaille”.


La première chose que j’ai faite ce matin, j’ai tracé un chemin au travers des décombres, mais il faudra du travail pour y arriver. Ma première estimation est qu’il y a probablement dix à quinze vaisseaux ici. De plus, il y a vraisemblablement du matériel supplémentaire dû aux vaisseaux impliqués, mais qui s’en sont sortis.


Même si le tableau n’est pas encore clair, je suis tenaillée par l’idée qu’il ne s’agit pas uniquement des conséquences d’une course de gamins qui ont disjonctés. Ou un échange ayant mal tourné.


Encore une fois, je l’ai déjà dit...


Bien, Amaira au boulot.


2948.02.28_20:34 SET


Amaira et moi revenons d’un autre voyage à Tanys. J’ai vendu le dernier lot de ferraille et refait les stocks. Faut que je me rappelle d’apporter le prochain chargement à un autre magasin, la tenancière du Dumper’s se souvenait de moi et m’a fait la conversation. J’espère que j’en ai pas trop dit. Je détesterais voir la moitié des ferrailleurs du système se pointer en quête de butin. Je dirais que c’était agréable de parler à quelqu’un plutôt que radoter dans ce truc toute la journée.


Je n’avais probablement pas besoin de quitter Tanys dans la mauvaise direction, puis de faire une série de sauts au hasard jusqu’ici. Maman disait toujours que j’étais trop prudente.

Ça s’applique ici aussi. Je fais tout selon les règles, en sortant jusqu’à chaque débris, le scanner et le cataloguant soigneusement, puis déterminant si ça vaut le coup de le sauver ou le recycler. Jusqu’ici, il y a eu bien moins qui en vaillent la peine que j’espérais. Rien de ce que j’ai gardé n’est vraiment important, juste des échantillons de matériaux pour une analyse ultérieure.


Oh attendez, j’ai failli oublier, la vendeuse du Dumper’s a mentionné quelque-chose d’intéressant. J’imagine que la composition des alliages que j’ai apporté la dernière fois était un peu inhabituelle. J’ai essayé de la jouer cool et de ne pas lui tirer trop de détails, mais c’est bon signe non ? Je sais que les constructeurs de vaisseaux ont ajusté leurs spécifications au fil des siècles grâce aux avancées technologiques, changements dans leur logistique, et un tas d’autre facteurs. Une part de moi voudrait envoyer un débris pour des analyses plus approfondies, mais il faut que j’attende. Mon budget s’est déjà beaucoup resserré. Ce que je récupère a été juste suffisant pour maintenir les stocks vitaux et garder Amaira fonctionnelle.


Pour être honnête, je pense vraiment que je n'aurais rien pu faire de ceci sans Amaira. Jusqu’ici, je n'ai que des retours positifs à faire sur le Vulture. Le rayon tracteur est super stable et les broyeuses de classe industrielle taillent dans les matériaux comme un charme. Les quartiers d'habitation sont si confortables qu’ils m'ont fait oublier que je suis en train de flotter dans une zone longtemps oubliée d’Idris, entourée d'une douzaine environ de vaisseaux s'étant battus à mort.

Par contre il y a l'odeur. Pas que ça soit affreux, mais si vous écoutez chez Drake : améliorer un peu les filtres à oxygène ne ferait pas de mal. Bon, encore une fois je suis peut-être juste plus “affinée” que la moyenne.


C'est le moment d’aller fermer les yeux quelques heures avant d'y retourner.


2948.03.03_13:23 SET


Bordel, ça ne s'est pas passé comme prévu.


Bon, la bonne nouvelle est que j'avais raison. Cette grosse pièce était au final bien issue d'un cockpit, on aurait aussi dit que c'était un vaisseau Aegis. Une partie du tableau de bord était toujours intacte. J'en avais pas vu beaucoup de pareille, alors j'ai fait une sortie pour avoir une meilleure vue.


C'est là que j'ai vu un débris différent de tous les autres, visiblement conçu pour ressembler à une grosse plume. À cet instant j'ai complètement oublié le cockpit. Cette pièce spécifique indiquait qu'il y avait un prowler dans les décombres.


Je pense que j’ai eu la tête qui tourne un instant, avant que mon cerveau rationnel commence à évaluer les coûts pour faire analyser la pièce en forme de plume. Il y a toujours une chance que ce soit une réplique, celles d’Esperia ressemblent tellement aux vraies.

Dans mon excitation, je me suis redirigée vers le cockpit, en oubliant complètement que je n'avais pas encore dégagé l'autre côté. Pendant une seconde, j’ai détourné les yeux d’où j’allais pour changer les paramètres du scanner de ma combinaison. Soudain, j’ai senti cette présence sombre au-dessus de moi. J’ai levé les yeux et suis rentrée tête la première dans un énorme débris.


Ça m’a fait super peur. J’ai même cru que j’étais partiellement aveuglée, pour me rendre compte plus tard que ma visière s’était craquelée. Heureusement, le joint a tenu. Cela va sans dire, j’ai réagi de façon excessive. La trajectoire s’est ajustée sur mon trajet aller bien trop fort et bien trop vite. Cela m’a projetée contre le reste de cockpit, l’envoyant au loin tournoyer le long du passage que j’avais opportunément mis ces dernières semaines à dégager.

Tout en moi voulait se lancer à sa poursuite. Mais cette seconde collision avait vraiment abimé mon casque. J’imagine que j’aurais dû claquer plus de crédits pour un meilleur, car il commença à bipper et à lancer une “défaillance critique”, m’obligeant à revenir ici le réparer avant qu’il soit trop tard.


J’ai vraiment merdé cette dernière sortie. Ce bout de cockpit est perdu dans le vide sans que j’ai pu en faire un bon scan. Mais je ne peux pas m'empêcher de sourire.

Je pense que j’ai trouvé un site de bataille perdu de la Première Guerre tevarine.


2948.03.03_22:09 SET


Ça m’a demandé du boulot, mais j’ai fait rentrer cette pièce de Prowler dans la soute. Je ne veux pas la perdre, mais en même temps ça me prend plus de place que je ne voudrais. La garder là, derrière, va vraiment taper dans mes réserves lors de nos passages à Tanys, Amaira et moi. Il faudra peut-être que je trouve un endroit dans les environs où la laisser quand je retourne vers la civilisation. Ce n’est pas une solution idéale, mais je ne veux pas que quiconque la voit et commence à se demander pourquoi elle n’a pas été recyclée. Si j’avais les crédits, ça vaudrait le coup de déployer un drone d'amarrage comme solution temporaire. Ainsi, je pourrais stationner toutes les grosses trouvailles en sécurité jusqu’à ce que je sois prête à embaucher un transporteur.


Malgré la débâcle du cockpit plus tôt, je dirais qu’aujourd’hui était un succès. Demain, je commencerai à déblayer un passage vers la pièce qui semble issue d’un fuselage. Peut-être que je trouverai quelques autres pièces du Prowler, si j’ai de la chance.


2948.03.08_01:36 SET


Bien, j’ai enfin accédé à ce gros débris. C’était bien une partie de fuselage. J’ai passé des heures à l’inspecter, mais je n’ai pu trouver aucune marque de constructeur. Une part de moi voulait le garder pour une analyse approfondie, mais pour être honnête, j’ai vraiment besoin des crédits de la récupération. Mes voyages à Tanys deviennent de moins en moins fréquents, alors que je passe plus de temps en inspection de ce que j’ai trouvé. Ça devient de plus en plus difficile de décider ce qui mérite d’être sauvé et ce que je peux donner au Vulture de façon sûre. Bordel, ce serait bien si Drake m’avait lâché quelques provisions pour m’épargner ça, mais j’imagine qu’ils veulent voir comment il se débrouille au quotidien.


Enfin, toujours est-il que je me suis sentie mal de la faire couper en pièce par Amaira, bien que je me sois assurée de l’avoir correctement scannée et cataloguée avant. Malgré ce pincement au cœur, je dois dire que le laser de découpe est un plaisir. Il faudra que j’emmène la ferraille demain à Tanys, puis que je revienne ici pour continuer à chercher.


2948.03.15_18:47 SET


Un nouveau jour avec rien à signaler. Je ne suis tombée que sur de la ferraille. Je pensais que maintenant j’aurais déjà trouvé un bout de composant, quelque chose qui puisse m’en apprendre plus sur ce qui s’est passé ici. Ça devient sacrément frustrant.

Chaque jour, je contemple la pièce de Prowler et me demande quand est-ce que j’en découvrirai d’avantage. Mon hypothèse de travail est que le reste a été explosé en petits morceaux non identifiables. Dans tous les cas, d’après la quantité d’épaves que j’ai trouvées, si c’est bien un site de bataille perdu, c’est assez facile de voir qui s’est imposé.


Pour être honnête, le manque de débris de vaisseaux Tevarin m’inquiète. J’ai cette peur constante qu’il s’agisse juste d’un accrochage anecdotique entre gangs et que l’un d’entre eux se trouvait avoir un nouveau Prowler. J’espère que ça n’est pas le cas, mais chaque jour, je ne trouve rien d’intéressant et je m’inquiète un peu plus d’avoir perdu mon temps à chercher dans des débris insignifiants d’il y a une semaine.

Je comprends pourquoi autant de mes collègues préfèrent creuser à la surface des planètes, la datation est bien plus facile.


2948.03.19_05:22 SET


Aujourd’hui était… enfin hier techniquement, était le jour que j’attendais. Après des semaines d’évolution lente dans des débris insignifiants, j’ai enfin trouvé quelque chose d’indéniablement important : une boite noire.


Je suis retournée en vitesse sur Amaira et j’ai immédiatement commencé mon examen. Quand la date du dernier enregistrement est apparue j’ai… ok je vais l’admettre j’ai pété un cable. J’ai crié. J’ai sauté partout jusqu’à ce que je sois épuisée. La dernière date enregistrée était le 1er octobre 2544.


Oui, non seulement ce site date de la Première Guerre tevarine, mais en plus de la bataille d’Idris IV, la tristement célèbre Opération Nemesis qui fut un désastre complet jusqu’à ce qu’un jeune Ivar Messer renverse le cours de la bataille et, sans doute, de la guerre.

Une fois calmée, j’ai fouillé dans les enregistrements pour trouver comment ces vaisseaux ont fini là. De ce que je peux dire, l’endroit est devenu un point de ralliement. Ces vaisseaux se sont repliés ici pour se regrouper après avoir survécu à l’attaque surprise par le système de défense planétaire tevarin. je ne suis pas tout à fait sûre de ce qui s’est passé une fois qu’ils furent tous là, mais ça a visiblement mal tourné pour eux.


Je devrais vraiment aller dormir, mais il y a toujours tant de problèmes à résoudre. Par exemple, est-ce que je devrais signaler ma découverte dès maintenant, ou attendre que j’ai examiné tout le champ de débris ? Ça me semble bizarre de m’en aller en plein milieu de son exploration, mais je pourrais probablement décrocher une subvention pour recruter un vrai équipage. Ça rendrait l’exploration du reste des débris bien plus simple, mais ça prendrait certainement des mois à organiser. Je ne suis pas sûre de pouvoir attendre si longtemps avant de pouvoir trouver ce qu’il y a d’autre ici.


Il faudrait aussi vraiment que j’envoie un message à Maman. Elle va se mettre dans tous ses états quand elle découvrira que j’avais raison. Peut-être qu’il faudrait que j’amène Amaira à Tanys demain et lui envoyer par un terminal sécurisé pour être sûre que ce ne soit pas hacké. Quelle journée !!


La découverte de Lorenzo Chernov a apporté une plus grande clarté dans le brouillard de guerre entourant la Bataille d’Idris IV. Un examen attentif de la boîte noire a révélé que les épaves étaient principalement celle du 12e escadron. Leur destin était auparavant inconnu, bien que de nombreux historiens supposaient qu’ils avaient été détruits par les défenses planétaires tevarines. Ce site a prouvé qu’ils avaient survécu à l’assaut initial et étaient en train de préparer une contre-attaque quand ils furent attaqués par les forces des Tevarins.

Bien que les débris de Prowler se révélèrent être authentiques, aucune autre pièce de vaisseau tevarin ne fut trouvée. Alors que le site a clarifié le sort du 12e escadron, l’espoir est que des recherches approfondies puissent révéler comment ils furent si facilement éliminés dans ce recoin de l’espace. Les restes du vaisseau récupéré ont été transféré au Naval Museum sur MacArthur, où il est prévu qu’ils soient exposés.


Il ne s’agit pas d'une traduction officiel pour les fans de Star Citizen, qui n’est pas affilié au groupe de sociétés Cloud Imperium. Tout le contenu de ce site qui n'a pas été créé par son hôte ou ses utilisateurs est la propriété de leurs propriétaires respectifs.


Source : https://robertsspaceindustries.com

Source de cet article | Traduit par Darro Konicek, relu par Silkinael, R2B

1_vBD_Q3SLhO-11ImFfoWu0Q_2x.png

© L'utilisation non autorisée d'articles sur ce site est interdite sans l'autorisation de l'auteur, en vertu de la législation en vigueur sur la propriété intellectuelle.

2885 - 2950 World Star Universe. Tous les droits sont réservés, site web certifié par l'UEE. Découvrez le site officiel de Star Citizen.

World Star Universe ! est une multinational sous licence, UEECGU - CGV - MENTIONS LEGALS - NOS SERVICES

Il s’agit d’un site non officiel pour les fans de Star Citizen, qui n’est pas affilié au groupe de sociétés Cloud Imperium Games. Tout le contenu de ce site qui n'a pas été créé par son hôte ou ses utilisateurs est la propriété de leurs propriétaires respectifs.

MadeByTheCommunity_White copie.png
2019-05-06_003255.png
logo_w--.png
Logo_UEC_3.png
1.png