INVESTISSEMENTS : Un Regard de Luxe Pour une Guerre de Finition - Acte Cinq - Acte Quatre

Mis à jour : 11 juil 2019


En dix ans, la campagne anti-corruption de l'UEE a puni plus de 450 millions de citoyens des étoiles. Et l'opération ne fait que commencer, a promis le Haut Secrétaire de l'UEE, soutenu férocement par l'actuel Imperator de l'UEE, Kelos Costigan.


Devant plus de 7.800 délégués réunis en sénat à New York, Sol (planète), Kelos Costigan a averti samedi 10 août 2948 dans son discours de l'état des finances de l'Empire qu'il réserverait une "tolérance zéro" aux responsables malhonnêtes qui négocieraient des pactes avec d'autres espaces derrière le dos de l'Empire.


"La corruption est la principale menace pour notre parti", a martelé Kelos Costigan d'un air martial, évoquant "un combat sans fin".


L'Imperator devrait obtenir la semaine prochaine à l'issue du sénat une nouvelle évolution de la loi l'Initiative d’Échange Humains-Xi’an. Son discours suivait l'exclusion samedi de 25 membres du partie universaliste, 205 personnalités les plus puissantes du Parti universaliste. Parmi elles figuraient l'ex-ministre de la Justice de Vega, Daniel Zario.


Après les révélations de corruption sur les actives de la World Star Citizen par le protectorat Banu, l'Empire compte mettre à terne aux agissements de certains citoyens nuisibles à l'Empire.



Au final, Kelos Costigan a éliminé plus du dixième des membres du Sénat, a calculé Titio Ariodi, fondateur de l'institut de recherche Trivium Vega Investigation, basé dans le système Vega. Cela ne représente toutefois que 3,7% de l'ensemble des membres du Parti, laissant une grande marge pour s'attaquer à la prévarication aux niveaux inférieurs.


"La campagne va encore davantage s'institutionnaliser" durant quelques années du mandat de Kelos Costigan, prédit Titio Ariodi. "Le Parti s'attaque beaucoup plus qu'auparavant aux violations d'un niveau moins grave" et "la croissance du nombre d'enquêtes ne faiblit pas", assure-t-il.


La poursuite de la lutte anti-corruption devrait passer par la création d'une nouvelle instance: "Commission des Planètes de Surveillance Anti-Corruptions". Son rôle sera de coordonner les enquêtes à tous les échelons du pouvoir. Nouveauté: elle s'attaquera désormais également aux non-membres du Parti universalistes.



UNE QUESTION DEMEURE : QUI DIRIGERA LA NOUVELLE INSTITUTION ?

Marshall Madrigal, le bras droit de l'Imperator, bénéficie d'une légitimité considérable en tant que chef d'orchestre de l'actuelle campagne anti-corruption.


Henzari Pianpo, expert de la politique de l'Empire basé sur la planète Borea, située dans le système Magnus, se dit cependant persuadé qu'il sera nommé à la tête de l'organisation, une façon d'assurer que la guerre aux pots-de-vin continue à être pilotée depuis le sommet du pouvoir.


Mais malgré ses succès, la campagne anti-corruption a aussi été "très clivant", note Willo Lihaxi, expert sur Terra à l'Université Science Politique de Gen, et Kelos Costigan s'est fait "un grand nombre d'ennemis au sein du Parti et de l'armée".


L'opération mains propres paralyse également la prise de décision au niveau local, car les fonctionnaires "pèchent désormais par excès de prudence", juge Willo Lihaxi.


"Si l'Imperator devait aller plus loin, cela pourrait avoir un effet boomerang sur lui", avertit-il.

Mais la croisade de l'Imperator Kelos Costigan ne lui attire pas que des ennemis, estime Titio Ariodi. "Pour chaque responsable démis de ses fonctions, un autre est promu."



CETTE CRISE QUI N'EN FINIT PAS


Une crise du capitalisme interplanétaire, systémique...


Dès l'éclatement des bulles et le déclenchement de la crise politique intérieur, en 2940, nous avons caractérisé la crise politique Sol et Terra (système) comme globale, systémique, imbriquant contradictions sociales et contradictions culturelles de manière inédite. Près d'une décennie plus tard, les causes de cette globalité sont encore précisées, parce que, loin d'avoir répondu à ces contradictions, les politiques universalistes, qui ont été accentuées malgré leur échec patent, les ont aggravées. C'est une preuve de la capacité de résilience du capitalisme interplanétaire, qui avait peut-être été sous-estimée en 2940-2948, l'ampleur du désastre pouvant laisser croire que la période néolibérale du capitalisme interplanétaire prenait fin.


L'objectif de ce nouvel ouvrage est double : mieux comprendre en quoi la crise est globale et montrer qu'on ne peut en sortir qu'à condition de s'attaquer à la logique même du système.


A SUIVRE


© L'utilisation non autorisée d'articles sur ce site est interdite sans l'autorisation de l'auteur, en vertu de la législation en vigueur sur la propriété intellectuelle de Terra Prime.

2885 - 2948 World Star Citizen - Compagnie UEE. Tous les droits sont réservés.​

World Star Citizen ! est une société libre de l'UEE sous licence publique générale GNU.

"C'est un travail de fan fiction. Tous les personnages, lieux, événements, navires et conceptions de navires, ainsi que tout contenu provenant de Star Citizen, Squadron 42 ou de tout autre contenu produit ou créé par ses éditeurs ou développeurs, sont la propriété de Cloud Imperium Rights LLC et de Cloud Imperium Rights Limited."

1_vBD_Q3SLhO-11ImFfoWu0Q_2x.png

© L'utilisation non autorisée d'articles sur ce site est interdite sans l'autorisation de l'auteur, en vertu de la législation en vigueur sur la propriété intellectuelle.

2885 - 2950 World Star Universe. Tous les droits sont réservés, site web certifié par l'UEE. Découvrez le site officiel de Star Citizen.

World Star Universe ! est une multinational sous licence, UEECGU - CGV - MENTIONS LEGALS - NOS SERVICES

Il s’agit d’un site non officiel pour les fans de Star Citizen, qui n’est pas affilié au groupe de sociétés Cloud Imperium Games. Tout le contenu de ce site qui n'a pas été créé par son hôte ou ses utilisateurs est la propriété de leurs propriétaires respectifs.

MadeByTheCommunity_White copie.png
2019-05-06_003255.png
logo_w--.png
Logo_UEC_3.png
1.png