L'univers de Star Citizen

On se situe ici dans un univers de science-fiction spatiale. Un futur imaginé de notre monde dans lequel il n’y a pas de « magie » (ex : Force comme dans Star Wars) et où la Terre est encore habitée par l’homme. Certaines technologies utilisées et certains choix de simulation ne reposent pas sur des phénomènes physiques connus. Néanmoins, un effort est fait pour expliquer les choses avec une touche de physique qui renforce la crédibilité de l’univers : par exemple, les stations spatiales relais sont situées aux points de Lagrange qui sont des points de stabilité connus en astrophysique.

Dans cet univers, les humains ont accès au voyage interstellaire. Les moteurs quantiques permettent de se déplacer au sein d’un système stellaire à près de la moitié de la vitesse de la lumière. La technologie de « saut » permet quant à elle de traverser des points de saut, des anomalies gravitationnelles qui créent des distorsions de l’espace-temps. Ces distorsions permettent de voyager rapidement d’un système à un autre. Grâce à ces inventions, les humains ont colonisé un peu moins de 40 systèmes et rencontré plusieurs peuples extraterrestres :

Les Banu, un peuple marchand et pacifique.
Les Tevarin, contre qui une guerre a éclaté et qui ont été vaincus.
Les Xi’an, avec qui une paix précaire semble s’instaurer après des années de conflit.
Les Vanduul, qui attaquent et pillent les systèmes périphériques des humains.

 

Le but du jeu dans Star Citizen


Star Citizen n’est pas un jeu de type « parc à thème » dans lequel le joueur suit plus ou moins une histoire principale. Le joueur ne trouvera pas non plus de tableau des scores, des hauts-faits, des conditions de victoire ou une fin du jeu. En fait, Star Citizen est plus proche d’un jeu du type « bac à sable » dans lequel chacun se fixe ses propres objectifs et choisit la manière pour les atteindre.

Ainsi, un joueur peut décider qu’il veut explorer l’univers, et visiter toutes les planètes, les lunes et les avant-postes. Ce joueur a devant lui des dizaines d’heures de jeu pour y arriver, et devra sûrement faire des missions de temps à autre pour payer le carburant, les taxes de passage, ou monter sa réputation pour avoir le droit d’accès à certaines zones. Un autre joueur peut décider de créer un empire minier, en achetant des terrains et construisant des installations minières. Un autre peut décider de devenir un chasseur de prime, ou encore un pilote de course.

Charge à chacun de trouver un but qui le motive et qui est dans ses compétences. Un joueur qui a besoin d’être guidé ou qui aime suivre une histoire scriptée ne trouvera pas son compte dans Star Citizen et devra plutôt se tourner vers Squadron 42.

Une histoire vécue à la première personne


Dans Star Citizen, le joueur incarne un personnage qu’il contrôle à la première personne. Ce personnage est un citoyen de l’UEE (littéralement : empire terrestre uni) qui va vivre son histoire, depuis sa création à un âge adulte jusqu’à sa mort. Car en effet, dans Star Citizen la mort du personnage est permanente, et conduit à la création d’un nouveau personnage qui héritera des possessions du précédent, mais avec une nouvelle identité, un nouveau visage, une réputation à faire et une histoire à écrire. Pour éviter d’être trop punitif, tous les événements mortels n’impliquent pas directement une mort définitive. Le personnage va cependant garder des traces de ces épreuves, des cicatrices, des prothèses, jusqu’à ce qu’il soit usé par trop d’entre elles et rende son dernier souffle.

Star Citizen est donc un jeu qui permet de créer un personnage par ses actes, et chaque personnage sera marqué par son passé. Certains joueurs pourront même laisser leur marque dans l’Histoire de l’univers par des actions notables de leur personnage.

En effet, Star Citizen est un jeu hybride entre un bac à sabre et un jeu narratif, comme le sont certains jeux de rôle. Ainsi, l’Histoire du monde va réellement avancer en se nourrissant d’événements aléatoires, d’événements créés à la main par les développeurs, et d’événements générés par les joueurs. Deux personnes qui commencent le jeu à des moments différents vivront des histoires différentes parce que le contexte du monde sera différent et que les joueurs autour d’eux feront des choses différentes.

Immersion, liberté, conséquences

Dans Star Citizen, un effort important est fait pour créer l’immersion dans le monde. Les développeurs souhaitent que le joueur se sente proche de son personnage et crée un attachement par rapport à son vaisseau. La qualité des graphismes et des sons, les interactions avec l’environnement très « tactiles » sont autant de moyens d’atteindre ce but.

L’univers est simulé de telle manière que les joueurs ont une grande liberté et peuvent prédire puis constater le résultat de leurs actions.

Les actions du personnage ont des conséquences sur la suite de son histoire : ses cicatrices, sa réputation, son casier judiciaire, sont autant de traces de ses actions passées.

Chris Roberts et Star Citizen


L’homme à l’origine de Star Citizen s’appelle Chris Roberts. C’est un développeur de jeux vidéo qui s’est fait un nom dans les années 90 avec la série des Wing Commander. Il s’agit de jeux dans lesquels le joueur incarne un pilote de chasseur à bord d’un porte-vaisseau engagé dans une guerre contre des extraterrestres. Il a également été à l’origine du jeu Freelancer, dans lequel le joueur incarne un marchand interstellaire. En plus de ces jeux vidéo, il produit également des films, notamment Wing Commander et Outlander, deux films dont l’histoire tourne autour de vaisseaux spatiaux, de guerre et d’extraterrestres.

Chris Roberts est donc un passionné d’épopées spatiales depuis toujours, et son rêve est de créer un univers, une nouvelle franchise, aussi reconnue que Star Wars ou Star Trek. Pendant longtemps, la technologie n’était pas disponible. Mais en 2012, il a estimé que le moment était arrivé et il a lancé le projet Star Citizen.

Chris Roberts n’est pas seul à la tête du projet. D’autres grands noms du jeu vidéo ont travaillé avec lui pour mettre au point le projet et sont encore à ses côtés au sein de Cloud Imperium.

Un projet audacieux et incertain

 

Star Citizen peut échouer. Même si on voit que le projet avance, que les difficultés sont levées les unes après les autres, nous ne sommes pas à l’abri d’un manque de financement, d’une erreur de management, de l’émergence d’un problème insoluble, d’un acte malveillant, d’un problème juridique ou tout autre événement mettant fin au projet. Et même si le projet aboutit, rien ne dit qu’il sera bon ou plaisant à jouer.

Cependant, pour avoir quelque chose de différent il faut accepter une part de risque. Si le projet est un succès, nous aurons un grand jeu. Si le projet échoue, nous aurons d’autres jeux vers lesquels nous tourner, avec de beaux souvenirs et quelques regrets.

© L'utilisation non autorisée d'articles sur ce site est interdite sans l'autorisation de l'auteur, en vertu de la législation en vigueur sur la propriété intellectuelle.

2885 - 2949 World Star Universe. Tous les droits sont réservés, site web certifié par l'UEE. Découvrez le site officiel de Star Citizen.

World Star Universe ! est une multinational sous licence, UEECGU - CGV - MENTIONS LEGALS - NOS SERVICES

Il s’agit d’un site non officiel pour les fans de Star Citizen, qui n’est pas affilié au groupe de sociétés Cloud Imperium Games. Tout le contenu de ce site qui n'a pas été créé par son hôte ou ses utilisateurs est la propriété de leurs propriétaires respectifs.

MadeByTheCommunity_White copie.png
2019-05-06_003255.png
logo_w--.png
Logo_UEC_3.png